À quoi ressemblerait un monde 100 % énergie renouvelable?

Frans Van Den Heuvel

Un nouveau rapport historique publié par Energy Watch indique qu’il serait possible d’atteindre 100 % d’énergie renouvelable en seulement quelques décennies, et à un coût abordable.

Par Frans van den Heuvel, Solarcentury

La solution majeure, et aussi la plus acceptable, pour enrayer le changement climatique et limiter les émissions est le passage des combustibles fossiles aux énergies renouvelables. Néanmoins, jamais personne n’est parvenu à établir une feuille de route pour atteindre le seuil de 100 % d’énergie renouvelable ni à démontrer comment financer cette transition.

Mais ça, c’était avant le mois dernier. Nous disposons à présent d’une vision claire d’un système énergétique alternatif écologique. En effet, Energy Watch Group, en collaboration avec la LUT University en Finlande, vient de démontrer que d’ici 2050 le monde pourrait, entre autres, produire de l’électricité et du chauffage et assurer les activités de dessalement et le transport sur la base d’une énergie n’émettant aucun gaz à effet de serre.

Il s’agit tout simplement d’un rapport historique et visionnaire. Ce système à énergie 100 % renouvelable, modélisé en valeurs horaires à l’échelle mondiale, indique pour la toute première fois la voie qu’il convient de suivre tout en réduisant les coûts comparativement à l’approvisionnement énergétique mondial actuel. Passer au 100 % renouvelable sera même plus concurrentiel que maintenir les combustibles fossiles.

Le rapport détaille comment les experts ont procédé pour élaborer une feuille de route destinée à réaliser ce que nos jeunes générations souhaitent voir advenir à force de dévouement et de courage. Cette étude fait bien plus que s’ajouter à une foule d’études relatives aux systèmes énergétiques climatiquement neutres du futur ; elle ouvre une nouvelle perspective viable pour passer à un système énergétique 100 % renouvelable dans les vingt à trente ans. Non seulement cette transition est possible, mais en plus elle coûterait moins cher que maintenir le système énergétique mondial actuel. Sans compter qu’elle créerait davantage d’emplois et offrirait la possibilité à nombre de régions du monde de devenir indépendante sur le plan énergétique, au bénéfice de la paix et de la stabilité.

Pour le dire simplement, si les auteurs de ce rapport ont raison, un monde fonctionnant avec une énergie 100 % renouvelable est une aubaine sur tous les fronts.

Quelle apparence ce monde 100 % énergie renouvelable aura-t-il ?

  1. L’électricité comme seule source d’alimentation

Plus de 90 % de notre énergie proviendra de l’électricité à l’horizon 2050. Les combustibles fossiles seront totalement délaissés. Il ne restera que des biocarburants ou des combustibles à base d’électricité. L’énergie sera produite aux niveaux local et régional, si bien qu’elle sera plus efficiente étant donné que nous l’utiliserons à proximité de son lieu de production plutôt que d’avoir à l’acheminer sur de longues distances.

Les parcs solaires produiront un large pourcentage de notre électricité, à l’instar du parc des Pays-Bas qui alimente des milliers de ménages. Image : Solarcentury
  1. L’énergie solaire constituera la majeure partie de notre énergie

Les panneaux photovoltaïques produiront près de 70 % de notre électricité et s’inscriront dans un mix énergétique constitué des énergies suivantes : éolienne (18 %), biomasse et déchets (6 %), hydraulique (3 %) et géothermique (2 %).

 

  1. L’énergie sera moins onéreuse qu’aujourd’hui

 

Chose remarquable, un système énergétique 100 % renouvelable permettrait de produire une énergie considérablement moins chère qu’à l’heure actuelle. Il s’agit d’une situation gagnant-gagnant pour tout le monde, assortie d’avantages économiques aussi bien qu’environnementaux. D’ici 2050, le coût de la production d’énergie baissera de 30 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, de 22 % en Amérique du Nord, de 34 % en Amérique latine et de 15 % en Europe. Tout cela en ramenant le niveau des émissions à zéro. Le « coût actualisé de l’électricité » chutera d’environ 78 €/MWh en 2015 à approximativement 53 €/MWh sur la même période.

  1. La production d’énergie ne générera plus aucune émission

En 2015, les émissions de gaz à effet de serre générées pour la production d’énergie représentaient plus de 60 % des gaz à effet de serre émis à l’échelle mondiale. À l’inverse de ce que l’on entend généralement, il est tout à fait possible de décarboner profondément la production de chaleur et d’électricité d’ici 2030. Il faudra plus de temps pour le secteur du transport, mais on peut s’attendre à une forte réduction des émissions de gaz à effet de serre entre 2030 et 2050. Tout au long de cette transition, les émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre produites par le secteur de l’énergie reculeront de manière graduelle jusqu’à 2050, de 30 GtCO2eq à zéro.

  1. Des millions d’emplois locaux seront créés

C’est là que le 100 % renouvelable devient encore plus intéressant. En 2015, le secteur mondial de l’énergie employait environ 20 millions de personnes, dont plus de 70 % dans le secteur des combustibles fossiles. Un système énergétique 100 % renouvelable permettra d’employer 35 millions de personnes d’ici 2050, dont 22 millions rien que dans le secteur des panneaux photovoltaïques, qui deviendra le principal secteur pourvoyeur d’emplois. Les quelque 9 millions d’emplois enregistrés dans le secteur mondial du charbon en 2015 seront réduits à presque zéro en 2050. Néanmoins, cette réduction sera plus que compensée par les plus de 15 millions de nouveaux emplois qui verront le jour dans le secteur du renouvelable.

Mombasa Airport Kenya

Comment faire de l’énergie 100 % renouvelable une réalité ?

Le récent rapport de la LUT University et d’Energy Watch Group prouve non seulement que la transition vers le 100 % renouvelable est faisable, mais aussi qu’elle s’avérera plus rentable et permettra de créer beaucoup plus d’emplois que maintenir le système énergétique actuel. Il s’agit là très clairement de la feuille de route la plus sûre pour atteindre la prospérité économique au 21e siècle. C’est aussi le défi le plus important auquel est confrontée l’humanité.

Tant les détracteurs que les partisans s’accordent à dire que le coût total de possession relatif aux sources renouvelables comme le solaire et l’éolien se révélera plus avantageux au cours des prochaines décennies que celui des énergies fossiles.

En outre, si les énergies renouvelables entraînent des dépenses en capital beaucoup plus élevées, leur coût opérationnel est, lui, beaucoup plus faible. Cet aspect permettra à nombre de fonds aux faibles performances de se déployer, entraînant parallèlement la génération de rendements stables et équitables à long terme.

La balle est maintenant dans le camp des politiques, comme l’explique Hans-Josef Fell, Energy Watch : « Il faut faire évoluer le débat : opérer la transition vers un système énergétique 100 % renouvelable à l’échelle planétaire n’est pas une question de faisabilité technique ni de rentabilité économique, mais bien de volonté politique. En plus d’objectifs ambitieux, il nous faut un cadre politique à long terme qui soit tout à la fois stable, fiable et adapté aux spécificités et à l’environnement de chaque région. Nous exhortons la communauté internationale à voir plus loin et à prendre de toute urgence le cap d’un système énergétique n’émettant plus aucun gaz à effet de serre en revoyant sans attendre notre façon d’exploiter les ressources naturelles ainsi que les moyens de produire notre électricité et notre chauffage et de nous déplacer. »