Une journée dans la vie de : Marcus Spedding, responsable des services d’exploitation et de maintenance chez Solarcentury

Marcus Spedding, Solarcentury Operations and Maintenance

Dans le dernier numéro de notre série « Nice to meet you », qui met en vedette le personnel de Solarcentury, Marcus Spedding parle de son travail en tant que responsable des services d’exploitation et de maintenance chez Solarcentury.

Q : Que fait l’équipe en charge des services d’exploitation et de maintenance ?

Les services d’exploitation et de maintenance assurent le bon fonctionnement de toutes les opérations d’une centrale solaire après la mise en service. Nous sommes responsables de la planification et du suivi de toutes les activités sur le site, à savoir de l’entretien de la végétation sur les fermes solaires au remplacement des transformateurs. L’équipe au bureau coordonne les activités pour divers contractants internes et externes de confiance. Nous répondons aussi directement à nos clients quant à la performance de leurs actifs, et nous sommes le premier point de contact pour eux chez Solarcentury.

Q : Existe-t-il une journée type dans votre fonction ?

Bien que la nature des opérations signifie qu’il n’y a en général pas de journée type, il existe néanmoins quelques activités clés qui sont effectuées tous les jours. Celles-ci comprennent les vérifications complètes de notre portefeuille d’exploitation et de maintenance, et d’informer nos clients sur les activités et les problèmes rencontrés sur les sites. Il y a habituellement des « coups de feu le matin », lorsque les ingénieurs effectuent une maintenance ou d’autres tâches planifiées. Les priorités changent constamment au cours de la journée. Les incidents qui peuvent interrompre l’équipe sont divers et variés : il peut s’agir de problèmes sur le réseau national ou d’un cygne coincé qui avait besoin d’être extirpé d’un site. Nous avons toujours pensé qu’ils pouvaient voler !

Q : Qu’est-ce qui est impressionnant en matière d’exploitation et de maintenance chez Solarcentury ?

C’est très simple : les personnes qui constituent l’équipe. Nous avons tendance à être très attachés aux sites et à nous en occuper comme s’ils nous appartenaient. Les gens s’inquiètent sincèrement lorsqu’il y a des problèmes importants à résoudre sur les sites. Nos ingénieurs internes comptent parmi les meilleurs du secteur et ils ont des années d’expérience sur un large éventail de technologies solaires. L’histoire de Solarcentury dans l’industrie implique que nous pouvons tirer profit d’une vaste base de connaissances, que nous pouvons mettre à profit pour optimiser les performances du site.

Q : Quel est le plus grand défi au quotidien dans votre poste ?

J’occupe mon poste actuel depuis près d’un an et demi. Avant cela, j’étais un coordinateur et je m’occupais directement de sites solaires. Passer à un rôle davantage managérial a impliqué de supprimer le lien direct avec les sites, de prendre du recul et de laisser l’équipe se charger du travail. Ce fut d’abord difficile, mais mes inquiétudes étaient sans fondement et les membres de l’équipe se sont avérés très capables dans ce qu’ils font, comme en témoigne notre excellent historique de disponibilité des centrales.

Q : Qu’est-ce qui vous motive ?

L’idée que ce que je fais au quotidien contribue à un meilleur avenir pour la planète.

Q : Quelle est l’importance de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

Cet équilibre est essentiel. Je vis à seulement 40 minutes à pied du bureau, ce qui est un trajet court pour Londres. Cela me permet d’effectuer une bonne journée de travail, mais cela me laisse aussi du temps pour mes loisirs et pour voir du monde en dehors du travail. Je vais assez régulièrement faire du sport et je joue de la batterie. J’ai commencé le tir à l’arc en octobre dernier et j’apprécie énormément cette activité. Jusqu’à présent ça n’a été qu’en intérieur, mais j’ai hâte de tirer à l’arc à l’extérieur en été.

Q : Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent entrer dans l’industrie solaire et comment avez-vous débuté ?

J’ai débuté avec un large éventail de compétences et je me suis concentré sur le secteur des énergies renouvelables, tout en faisant un Master en gouvernance à Sheffield. J’ai obtenu mon premier emploi en lien avec l’énergie solaire à Sheffield en abordant directement le directeur général d’une petite entreprise d’installation domestique alors qu’il ouvrait son bureau, et en lui faisant un discours de présentation en une minute chrono ! Mon conseil pour les gens qui veulent intégrer le marché, c’est tout simplement de ne pas abandonner. Vous pouvez avoir un ensemble de compétences très spécifique ou plus général, selon le poste que vous visez. Comme avec n’importe quel travail, plus vous faites de recherches sur le secteur ou la société chez laquelle vous postulez, mieux cela se passera.

Q : Qu’est-ce qui est différent/unique/passionnant dans le fait de travailler pour Solarcentury ?

Il n’y a pas de hiérarchie rigide dans l’entreprise, ce qui permet d’avoir une atmosphère sociale détendue. La société a été impliquée dans le développement, la construction, l’exploitation et la maintenance, et a également dorénavant des activités à l’échelle planétaire, il existe donc de nombreuses opportunités pour changer de rôle tout en restant au sein de l’organisation. Cela permet également aux collaborateurs d’acquérir rapidement des compétences.

Q : Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu ?

« Mets-toi à sa place. » Il est important d’essayer de comprendre le point de vue des autres, que vous soyez d’accord avec eux ou non. L’empathie est très importante lorsque l’on occupe une fonction où l’on est face au client.

 

Découvrez d’autres entretiens de notre série Une journée dans la vie de :

Une journée dans la vie de : Andrew Crossland, spécialiste du stockage en énergie chez Solarcentury

Une journée dans la vie de : Jose Miguel Ferrer, directeur général de Solarcentury pour la péninsule ibérique