Une journée dans la vie de : Schola Wangui, responsable comptes et administration pour l’Afrique de l’Est

Schola Wangui

Dans ce dernier numéro de notre série Une journée dans la vie de, nous discutons avec Schola Wangui, responsable comptes et administration, afin de découvrir en détails la vie au bureau kényan de Solarcentury.

En quelques mots, en quoi consiste votre travail ?

J’ai une double casquette : je m’occupe à la fois du bureau et des comptes kényans.

Pouvez-vous me décrire une journée type ?

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Je passe d’une discussion avec le gérant du bâtiment à propos d’un problème au bureau à une réunion avec une équipe d’auditeurs venus inspecter les dossiers kényans. C’est cette variété qui me plaît. De manière générale, je dois m’assurer que l’environnement de travail est motivant, que les employés disposent des fournitures de bureau dont ils ont besoin, que les déplacements ont été correctement organisés, que nous sommes à jour de nos obligations légales et d’enregistrement, et enfin que les comptes kényans sont à jour.

Que vous pouvez-me dire sur le bureau au Kenya ? Quelle est l’ambiance de travail ?

Nous travaillons dans un environnement exceptionnel. Le bureau est situé dans un parc avec un grand jardin, un véritable havre de paix où vous pouvez pique-niquer tous les jours si vous le souhaitez. Les jardins sont également utilisés comme lieu pour des cérémonies de mariage, nous sommes donc parfois aux premières loges pour assister à un mariage kényan.

J’aime à penser que notre petite équipe de neuf personnes est efficace et consciencieuse, et que nous sommes un peu comme une famille. Nous avons tous la motivation nécessaire pour atteindre nos objectifs.

Pouvez-vous décrire ce que ça fait de travailler chez Solarcentury ?

Solarcentury est un endroit qui me permet d’évoluer. J’y relève des défis personnels et professionnels et depuis ma prise de poste ici, j’ai enfin découvert la direction que je souhaite donner à ma carrière.

Qu’est-ce qui rend un emploi ici différent, spécial ou passionnant ?

Travailler pour Solarcentury est encore plus exceptionnel si l’on pense à la mission que s’est donnée l’entreprise. À quoi sert de vivre si nous n’avons pas d’objectif ? Le fait de savoir que, d’une manière ou d’une autre, mon travail entraîne des changements qui assureront la survie de notre planète pour les générations à venir, me rend reconnaissante de faire partie de cette équipe. Je suis ravie de laisser ce genre d’héritage.

Quel est le meilleur aspect de votre travail ?

Sa flexibilité et sa variété. J’aime aussi beaucoup aider mon équipe quand je le peux.

Racontez-moi un fait intéressant relatif à votre travail.

Je me sens responsable du bien-être de tous les membres du bureau kényan et de nos fournisseurs. J’aime également m’assurer que les collaborateurs du siège social avec lesquels nous travaillons sont bien traités et pris en charge correctement. Dans une large mesure, mon poste me permet de garantir cela car il consiste également à assurer la liaison entre le siège social et le bureau kényan pour l’organisation des déplacements du personnel britannique au Kenya et pour le soutien aux autres services qui travaillent avec notre équipe. C’est pour moi un honneur de pouvoir aider un collaborateur qui a besoin d’un service du bureau kényan.

Je dois aussi me souvenir des anniversaires de tout le monde, mais heureusement que mon calendrier m’envoie des rappels ! Je m’assure ainsi qu’un gâteau est apporté à chaque employé du bureau le jour de son anniversaire, pour qu’il puisse le célébrer avec ses collègues.

Qu’est-ce qui vous motive ?

Les chiffres et l’ordre. Pour moi, les chiffres ont du sens et permettent d’ordonner ce monde, qui serait autrement chaotique. Quelque part, le hasard fait bien les choses. Mon travail associe ces deux éléments et j’ai tendance à considérer ma vie à travers le prisme des chiffres. Un peu comme Néo dans Matrix, qui, après sa résurrection, voyait le monde en code.

Avez-vous trouvé un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée ?

Pour le moment, ma vie est divisée en trois volets : mon travail, mes études, ma vie privée. Je peux consacrer du temps à ces trois aspects grâce à la flexibilité autorisée par Solarcentury. Oui, c’est parfois épuisant, mais c’est à ça que servent les jours de congé.

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui commence sa carrière dans la comptabilité ou l’énergie solaire ?

De nombreux domaines et spécialisations sont accessibles aux comptables, notamment l’énergie solaire, comme pour moi. La plupart du temps, il sera en contact avec tous les membres de l’entreprise qu’il aura choisie, du PDG à l’agent de la sécurité. Je lui dirais d’apprendre les ficelles du métier, de faire preuve d’humilité, d’être quelqu’un sur qui l’on peut compter, de laisser les chiffres exacts parler et de donner des conseils avant que toute situation ne se complique.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez jamais reçu ?

Nous ne sommes jamais trop vieux pour se fixer un nouvel objectif ou avoir un nouveau rêve. Le temps et les opportunités se présentent à TOUS.

 

Découvrez d’autres entretiens de notre série Une journée dans la vie de :

Une journée dans la vie de : Bernice Awodele, responsable de bureau chez Solarcentury

Une journée dans la vie de : Andrew Crossland, spécialiste du stockage en énergie chez Solarcentury

Une journée dans la vie de : Marcus Spedding, responsable des services d’exploitation et de maintenance chez Solarcentury

Une journée dans la vie de : Jose Miguel Ferrer, directeur général de Solarcentury pour la péninsule ibérique